Les dits du corbeau noir

DE LA BICHE AU CERVEAU ! REFLEXION BRAN DU 2016 28 09 SEPT

"Ce matin, sortie de la brume,

Une biche, au bord d'un chemin,

Regarde passer « l'Intercités. »...            Bran du

 

 

Pour exprimer ces trois lignes, les formuler, les agencer, respecter les règles orthographiques et faire choix d'un langage approprié, de la justesse de sa représentation et de sa compréhension pour le lecteur, j'ai eu recours à mon cerveau et au sein de mon cerveau à toute l'hyper complexité de son fonctionnement, électrique et chimique... soit à « Cent milliards de neurones reliées à d'autres neurones et constituant un réseau estimé à mille milliards de connexions... »

 

Il m'a fallut mobiliser le tronc cérébral, le cervelet, le diencéphale, le télencéphale avec ses deux hémisphères droit et gauche ( ce dernier, plus spécifiquement attribué au langage, mais sans exclusivité car pouvant composer avec le cortex cérébral)...

 

Tout cela mis en branle au sein d'un système nerveux gouverné par le jeu des neurones (cellules nerveuses) (circulation des infos et données) prolongés par des dendrites (fibres transmettant des signaux électriques) ; les dits neurones étant connectés entre eux par les neurotransmetteurs et ce par le biais des synapses qui animent les « aires de conjonctions »...

 

Il aura été nécessaire à l'homme, pour formuler les quelques phrases poétiques précitées, d'une œuvre de quelques milliards d'années et d'une évolution constante des facultés et capacités de son cerveau en état fonctionnel permanent et poursuivant son évolution....

 

 

Ceux qui étudient le dit cerveau nous apprennent ceci :

 

"La formation des souvenirs fonde l'identité personnelle et sociale d'un individu."...

 

"Apprentissage et mémoire oeuvrent de concert "....

 

« l'apprentissage est la façon dont on acquiert de nouvelles informations sur le monde, et la mémoire celle dont on emmagasine ces connaissances au fil du temps. »

Eric R Kandel (Prix Nobel)

Il est rappelé aussi que « le cerveau ne s'use que si l'on ne s'en sert pas ! »...

 

« Toutes les infos traités par le cerveau ne sont que de l'électricité qui passe de neurone en neurone et ne s'arrête que pour être convertie en énergie chimique chaque fois qu'elle franchit une synapse... »

 

 

La zone la plus ancienne de notre cerveau est le TRONC cérébral qui est une extension de la moelle épinière (cette partie gère les actions de base les plus nécessaires à notre survie : battements du cœur, respiration...)

 

(Avec le tronc et les racines des dendrites nous avons de nouveau là des correspondances inintéressantes avec la notion d'homme conçu analogiquement comme étant un « Arbre de vie »)....

 

 

Le numéro spécial de NATIONAL GEOGRAPHIC de ce mois nous dit ceci du cerveau :

 

« Les souvenirs sensoriels ne durent qu'une fraction de seconde »

 

« Il est paradoxal que l'organe par lequel nous comprenons le monde en sache si peu sur lui-même...

Environ 1,5 Kg de chair crée un univers entier à l'intérieur de notre tête....

 

De la symphonie incroyablement complexe de réactions électrochimiques du cerveau humains naissent la conscience et l'esprit, des sentiments allant du subtil au sublime...

 

Ceci étant une aptitude unique propre à l'homme cet homo sapiens « l'homme pensant » et conscient d'être conscient... »

 

 

Conscience, esprit et mémoire sont requis pour notre compréhension du monde et de nous-mêmes alors n'hésitons pas en en faire le meilleur usage possible face à tant de gaspillage fonctionnel et éthique d'une telle dotation....

 

Nous avons besoin de souvenirs même éphémères, même fragmentaires et partiels pour nourrir notre présence au monde et nous projeter de nouveau en avant...

C'est aux souvenirs que nous faisons appel dans les passes difficiles et c'est avec cette « valise » que nous attendrons, sur le quai de l'ultime échéance ,le Grand Départ...

 

Alors qu'attendons-nous pour nous fabriquer, pour inventer, pour créer, pour enfanter, de beaux et heureux souvenirs ????

 

L'écriture poétique procède de cela, de ce besoin, de cette nécessité....

 

Alors merci à ce matin brumeux et à cette biche sortie du drapé du ciel de m'avoir offert ce souvenir et cette mémoire en ayant orchestrés pour cela ma symphonie cervicale !

............................................



29/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 476 autres membres