Les dits du corbeau noir

DU FORGERON CELTE (PETITE ETUDE) BRAN DU 2016 23 08 AOUT

Des forgerons... Bran du 23 08 2017

 

Sources : Dictionnaire de la religion et de la mythologie celtique de Philippe JOUET

 

 

« Nous sommes tous et toutes des « forgerons » appelés à oeuvrer sur nos propres, vitales et salutaires transformations... »

 

Le monde Celte doit énormément à ses maîtres artisans que sont les « forgerons » lesquelles fournissent les armes et les outils propices à ses évolutions...

 

Le forgeron occupe une place privilégié ; il est par la maîtrise même de son art, de l'eau et du feu qu'il sait « concilier » et faire oeuvrer ensemble...

 

Il forme avec l'eau et le feu une Triade dont il occupe le centre et dont il concélèbre les noces alchimiques (mais aussi mythiques, philosophiques et spirituelles.)

Des noces qui instruisent, président et réalisent le passage d'un état vers un autre à partir de la transcendance d'une dualité dont l'unité obtenue permet et autorise la naissance d'un singulier pluriel...

 

C'est pour cela que le forgeron figure au nombre des Dieux du Panthéon celtique ; Panthéon qui doit son existence à un Féminin qui est l'expression d'une Essence associée au Principe fécondant à l'origine de tout le monde créé et à naître lequel jaillit d'un Chaudron d'abondance, de connaissance, de générosité et d'immortalité analogue à l'Embryon d'or (ou à l'Oeuf du monde ou à l'Oursin fossile qui en sont des symboles similaires.)...

 

Ce n'est pas sans cohérence que Brigit est considérée comme la « patronne », l'inspiratrice ( l'initiatrice), des poètes, des médecins et des « forgerons » !...

 

Mircéa Eliade dans « Forgeron et alchimiste » relate l'importance conséquente de la fonction opératrice qui procède aux transformations et considère, à très juste titre, les « Maîtres de forge » comme étant les premiers sacerdotes, magiciens, alchimistes des premières sociétés humaines... (Un fondement qui forge le devenir des futures civilisations...)

 

Le forgeron (par ses cuves et cuveaux) et son art indéniable est aussi associé à la fabrication de la bière (voire de l'hydromel) laquelle préside aux festins (y compris d'immortalité.)

 

Il n'est de banquet digne de ce nom sans la présence de chaudrons dont le breuvage induit à « l'ivresse sacrée » laquelle est une vision de l'Autre-Monde et des félicités de Celui-ci...

 

La forge est un lieu par excellence pour vivre l'initiation et c'est au contact du forgeron Culan que Setanta (le cheminant) deviendra Cùchulainn et que celui-ci trouvera sens et Essence à son chemin...

 

Un barde parmi les plus célèbres appelé Amorgein est le fil d'un forgeron. Il sera « initié » très tôt à la maîtrise et à l'accomplissement de son art poétique....

 

A travers ces liens et correspondances, on comprendra l'étroite association entre le métier de la Forge et l'inspiration et la pratique bardique qui relèvent d'une maîtrise des feux de la terre et du ciel et du « Feu de la Parole »...

 

Le festin de Goebniu (Fled Goibnend) est offert par le Maître forgeron aux Thuata De Danann...

Celui-ci façonne à leur intention trois lances en seulement trois gestes...

(Tout ce qui est en relation avec le chaudron est synonyme de don et de générosité et de justes répartition et distribution...)

 

(Il est à noter que l'hymne irlandais de Saint Patrice demande protection contre les sortilèges des femmes, contre les forgerons et les druides !)...

 

Les outils ou éléments nécessaires au travail de la forge sont liés eux aussi à des épreuves initiatiques et sont chargés de « magie »...

L'enclume, le ou les marteaux, le soufflet, le baquet, le bois sec, les pinces, et même le sceau de bière participent de l'oeuvre de transformation qui, à partir d'une matière transformée avec sapience et art « transforme » aussi (analogiquement et avec efficience) l'opérateur qui procède, en connaissance, sagesse, maîtrise et conscience, à l'a délicate et exigeante opération...

 

Nous sommes de façon analogue et aussi symboliquement une « forge » avec tout ce qu'elle contient d'éléments favorisant notre propre œuvre de transformation...

 

Nous sommes tout autant le Chaudron et celui qui le forge et le met au monde en même temps que nous sommes en quelque sorte « forgés » par lui...

 

Les Celtes et leurs Sages Initiés comprenaient parfaitement l'importance d'un tel symbole et ne concevaient pas, ne pouvaient concevoir, qu'un forgeron ne soit pas hissé au rang des Dieux et déesses et que Ceux-ci et Celles-ci ne soient pas dotés de leur propre Chaudron... Lequel contient tout ce qui fût, est et sera !...

 

Il en est de même pour nous appelés à faire évoluer nos états, plans et niveaux de conscience (laquelle est l'or véritable qui nous conduit de l'obscurité la plus profonde à la Lumière éternelle la plus rayonnante et irradiante qui soit !)...

 

C'est de ce fait le chemin qui mène toute matière consciente, aimante et consentante, vers un processus de spiritualisation libérateur et créateur faisant de tous et de chacun de véritables "artisans du Vivre."...



23/08/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 476 autres membres