Les dits du corbeau noir

ETAT DE LA DRUIDITE (SUITE 5) 2016 BRAN DU 14 09 SEPT

DRUIDITE (Etat des Lieux) Partie 5 13 09 2016 Bran du



Pour ma part, je ne puis que témoigner objectivement de ce que fût mes 37 années de cheminement au sein de la mouvance druidique :

Un bouleversement de toute mon existence lors de ma première « initiation » aux arcanes de ce qui deviendra mon cheminement primordial, essentiel, élémentaire le plus fondamental, merveilleux, étonnant et émouvant qui soit donné et offert à l'aventure humaine (non sans que ce parcours « serpentiforme » ne soit confronté « initiatiquement donc » à bien des turpitudes et à bien des situations déroutantes qui ne furent cependant jamais le fait de la Tradition elle-même, mais de personnes s'en revendiquant sans pour autant en incarner réellement l'esprit et les valeurs, hélas !)....



Je ne serais jamais devenu l'homme que je suis (et que j'aspire encore à parfaire autant que cela se peut du fait de nos « limites ») sans avoir eu à mes côtés pour m'inspirer, m'instruire, m'enseigner, me guider, me conforter et réconforter dans l'épreuve, le doute, l'incompréhension, une Tradition me laissant pleinement libre et responsable de mes choix, conceptions et actes... y compris de mes erreurs et égarements...



J'ai rencontré à de multiples reprises sur cette route dite de la nécessité existentielle (le Cercle d'Abred) des frères et des sœurs dignes de ce nom et nous avons concélébré, de très nombreuses fois, l'offrande de joie, de ferveur, d'amour et d'espérance lors de magnifiques et fraternelle assemblées....



Au-delà des structures rencontrées et de leurs animateurs et animatrices, de leurs différences de Fond et de formes, je sais qu'il y a des femmes et des hommes véritablement porteurs de notre Tradition, des êtres de sens et d'intelligence conscients des faiblesses et imperfections du druidisme contemporain, mais cherchant inlassablement à en améliorer les concepts et les mises en œuvres...



Je n'ai été que très très rarement amené à connaître des communautés humaines revendiquant une étiquette « druidique » sans qu'il y ait en leur sein une véritable et authentique quête de Lumière, mais un fatras d'idéologies nébuleuses, hétéroclites voire nauséabondes...

Ce n'est vraiment qu'un très faible pourcentage de malfaçons et de contrefaçons, mais celles-ci alimentent, (comme c'est souvent le cas du fait des manipulations médiatiques qui, par ailleurs, font affront à leur propre déontologie professionnelle), des projections qui nuisent de façon très disproportionnées à la Tradition car elles globalisent ce qui n'est qu'un épiphénomène regrettable, mais sur lequel nous n'avons, par ailleurs, aucun pouvoir de « police » ni de réglementation pour les éviter...

Tout et chacun peut défigurer comme bon lui semble la Tradition, la vider de sens, d'éthique et de dignité et s'en donner les moyens... (Des relais journalistiques faisant le reste au besoin...)...



Nous n'avons pas vocation à rendre justice pour malversations éhontées ; les lois de la nation devraient suffire à faire respecter ce qui doit l'être en trouvant un sage équilibre entre la liberté d'expression (précieuse au plus haut point) et ses débordements et abus quand elle est volonté de nuire et de porter gravement atteinte....



Le cheminement druidique est une navigation où l'on rencontre moultes écueils, un acheminement qui comporte des impasses, des perditions et des égarements et aussi des « aberrations » et des détournements majeurs en provenance de l'orgueil et du mensonge... (Du petitement humain donc)...



Mais quelle aventure véritable, authentique, bouleversante serait digne de ce nom sans être soumise aux aléas des comportements humains et aux épreuves qu'ils génèrent et sèment sur la route audacieuse et périlleuse de l'existence …

La sagesse s'apprend et la maîtrise de soi de même à travers ce difficile apprentissage du lien humain, un lien qui peut tout autant vous bouleverser de joie et de don que vous anéantir et vous réduire en esclavage...



Vivre est déjà un risque, mais le risque peut aussi comporter des préventions :

Au titre de celle-ci, il y a la nécessité d'apprendre à discerner ce qui est de nature à conforter, à épauler cette route et ce qui, au contraire, va faire de celle-ci un enfer ou un asservissement idéologique, inconscient ou conscient et humain...



C'est aussi parce que cette Tradition nous enseigne et nous instruit de la vive et lucide nécessité de faire acte de libre critique, de libre arbitre, de libre entreprise, de libre responsabilité, de libre choix, de libre rébellion et résistance... qu'elle a autant été combattue par les tenants d'une politique ou d'une religion dogmatique qui ne sauraient tolérer de pertinentes remises en cause et des interpellations efficientes de ses diktats liberticides !...

C'est aussi cette disposition assez exceptionnelle dans le cadre « religieux » et « spirituel » qui fait, entre autres sources d'affinités profondes, que je la sers de mon mieux et qu'Elle me serre, en retour d'amour, sur son cœur !...



La druidité à vocation par contre à porter à connaissance toutes les sagesses, méthodes, outils, éléments de discernement, qui peuvent concourir ensemble à réduire l'emprise des peurs et de l'ignorance si instrumentalisés par les pouvoirs et puissances en place, à chaque siècle et sur chaque continent, et qui comptent bien y demeurer !...

(Cela est toujours, pour notre malheur commun, une actualité « criante »!)...



La méconnaissance et l'ignorance sont des maux qui requièrent notre plus grande attention et vigilance car ils alimentent une peur inhérente à l'être humain qui exacerbée et manipulée le pousse à tous les excès y compris au meurtre des valeurs qui pourtant le fondent dans son humanité même !...



La peur de soi, de l'autre, des autres, de la différence, du divers et du multiple est le ferment, le vecteur, de bien des crimes contre l'humanité et les règnes qui l'accompagnent en subissent tout autant les néfastes et terribles effets et conséquences !...



Je suis trop bien au fait de la « condition humaine » et des perversités et cruautés à laquelle elle peut aboutir pour accroître l'idée d'une société idéale qui ne saurait exister durablement dans le temps et l'espace...

La société Celte comme bien d'autre ne prétend pas à la perfection et demeure soumise à des tendances destructrices faisant de la guerre elle aussi un métier, un outil de conquête et un support « d'héroisation » pour un roi ou un guerrier en quête de mémoire immortelle...



Les druides et les bardes ont cependant tenter de leur mieux d'encadrer ces pulsions guerrières et de les contenir en les optimisant seulement dans le cas de la défense des citées et de leurs populations et du pays lui-même...



C'est par la fonction guerrière et la fonction des producteurs que l'organisation tri-fonctionnelle mise en place par la fonction sacerdotale afin d'assurer les équilibres nécessaires que viendront, avant même la conquête romaine et la christianisation qui suivra, les premières failles sapant la société celtique dans ses bases et fondements...

L'ensemble de l'encadrement de ces autres classes sociales ne saura plus supporté par celles-ci qui s'affranchiront peu à peu des règles et interdits sacerdotaux et ce, par contagion d'autres modèles triomphant dans les autres sociétés environnantes...



César, habile stratège s'il en est, lors de sa conquête des Gaules, ne manquera pas de prendre en otage toute la jeunesse aristocratique gauloise afin de la formater à Rome selon des critères d 'éducation strictement romain !...



Une fois de plus ce n'est pas la Tradition et l'Esprit de celle-ci qui sont la cause de l'effondrement ; c'est le refus des autres classes de la société (et de leurs « meneurs ») de continuer de se soumettre à une éthique ; à une déontologie, à un modèle d'organisation impliquant des dépendances mutuelles et unitaires qui ne leur conviennent plus...



Derrière ce scénario du « vers dans le fruit » se profile et se dessine déjà ce qui sera l'antagonisme récurrent entre l'Etre et l'Avoir ; ce dernier ayant tendance hélas à l'emporter assez régulièrement !...

(Tant qu'il aura des supporters acharnés, il continuera à vouloir s'imposer... Mais lorsqu'il se verra de plus en plus « boycotter », il devra céder de plus en plus de terrain !)...



Le paradoxe, c'est que le « bonheur » ne peut s'instaurer (au moins pour une certaine durée) que dans une société « pacifiée » « équitable », tolérante, tempérante, solidaire, compassionnelle, altruiste, créative et novatrice, symbiotique, étayée et confortée par une saine philosophie existentielle, un rapport sensible et intelligent avec la nature et les « Lois de l'Univers » et une spiritualité éclairée et transcendante...

 

Lorsque qu'une  harmonie est  temporairement et passagèrement instaurée, il semble bien que cela devienne à la longue si insupportable à nos frères et sœurs en humanité que ceux-ci et celles-ci s'empressent de remettre le conflit et les antagonismes à l'honneur !...



Une saine philosophie et une claire spiritualité sont les garants qui permettent d'éveiller une conscience, de développer et de faire maturer celle-ci, afin qu'elle puissent mettre en œuvres et ouvrages des pensées associés à des actes en adéquation et concordance avec elles...



Je crois lucidement à l'avenir de la Pensée druidisante, car elle est véritablement en mesure, en cohérence, en concordance, en efficience, en capacité et faculté réelle de répondre aux questions essentielles de nombre de nos contemporains qui seront librement amenés à se tourner vers Elle pour autant que celle-ci soit portée à leur connaissance de la façon la plus objective qui soit et ce, sans recours à un quelconque prosélytisme ou à toute forme de « conversion » !... (Ce serait être autrement aux antipodes de l'Esprit de la Tradition elle-même.)...



Ouvrir le choix de nos contemporains sur des concepts philosophiques et spirituels méconnus et les outils existentiels qu'ils détiennent est notre priorité vis-à-vis du monde extérieur, mais conforter de l'intérieur ceux et celles qui cheminent et ceux et celles qui les accompagnent dans ce cheminement et aussi une priorité à laquelle nous devons tous et toutes nous atteler...



Depuis quelques années on assiste à une multiplication des rencontres et assemblées fraternelles, de nombreux groupes, collèges, clairières s'invitent mutuellement lors des fêtes celtiques le plus souvent...

De telles initiatives s'amplifient et répondent à un besoin évident de « mise en commun » des connaissances, pratiques, compétences, expériences qui sont profitables à l'ensemble de la diaspora druidique...



Une charte constitutive des fondements de la druidité a pu être ainsi élaborée et ce de la façon la plus démocratique et participative qui soit.

Elle a le mérite d'énoncer ce que ne saurait être en aucun cas notre Tradition et ce que vers quoi elle tend de son mieux... C'est un premier pas qui devrait en entraîner bien d'autres...



Quand l'intérêt général, collectif, communautaire sera mieux perçu par les uns et les autres, que les urgences et priorités apparaîtront clairement et qu'il regroupera de plus en plus d'adhésion, de soutien, de validation, nous assisterons à une dynamique nouvelle faite de synergies d'énergies qui sera un réconfort et une stimulation aptes à donner cœur et courage à tous nos frères et sœurs investis dans le service de notre Tradition ; service étant enfin reconnu comme l'oeuvre la plus indispensable, la plus salvatrice, la plus prometteuse, qui soit...

 

Nous sommes encore trop souvent les auteurs et acteurs, les protagonistes, d'une vision de l'extérieur faussée par nos dissensions et dissidences exposées au grand jour ou par le biais de blogs informatique où certains se livrent encore à des combats de coqs des plus risibles quand ils ne donnent pas de la druidité une image totalement immature et répulsive pour ceux qui viennent en confiance et respect à sa rencontre...

(Cela donne plus l'envie de fuir que d'instaurer une envie ou un désir de rencontre !...)

 

Nous avons donc à parfaire grandement notre « image » et cela passe par l'authenticité et l'exemplarité de nos paroles, de nos images, de nos pensées et de nos actes !...



L'année Deux mille dit celtes (2017!) à venir est une occasion inespérée dans ce but et cet objectif important...

Elle commémorera le tricentenaire de la résurgence de notre pensée en Grande Bretagne (1717 donc) et les 150 ans de la création en Bretagne armoricaine du premier Congrès Celtique International (à St Brieuc en 1867 très exactement)...



Nous mettrons lors fraternellement, efficacement et communautairement en pratique toutes les nécessités et espérances qui précèdent...



Merci de nous faire part à ce sujet de votre présence et de votre participation à cet événement exceptionnel...

.......................................................................................



14/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 476 autres membres