Les dits du corbeau noir

LE RIVAGE (BARDI) BRAN DU 2016 11 07 JUILLET

 

 

Le Mardi 19 Juillet à 20 H 30 à Erquy (22430) à la Galerie CHEMINS DE CREATION (Martine Jardin et Christian Tual) 48 Rue du Port (face au rivage)... Bran Du animera une soirée « géo-poètique » sur le thème :

Les Ecritures du Rivage (Textes, Chants, Récits et Images...)

Participation 10 euros ( abonnement à l'association Chemins de Création donnant droit à la gratuité d'accès aux conférences et animations annuelles.)

 

En « préliminaire » à cette soirée, cette lecture offerte...

 

 

 

 

 

Trégor et feu mars 2016 046pm.jpg

Rivages armoricains photos Bran du

 

 

Le rivage.... Bran du 11 07 2016

 


C'est celui sur lequel je me tiens ; la proue du regard tournée vers l'horizon, mes rêves traçant leur sillage dans l'écume et les courants du monde...

 

C'est une limite qui se déplace au rythme des marées subordonnées aux lunaisons...

 

C'est une étendue d'eau qui fait rappel de l'origine et, de l'humain, redit l'éternel berceau...

 

C'est une démarcation mouvante et émouvante, entre l'ici et l'ailleurs, entre le plus proche et le plus lointain...

Mais ce n'est pas une frontière pour autant ; les songes et la Lumière y circulent librement...

 

C'est une séparation qui invite au rapprochement....

 

C'est un espace « franc » qui invite à l'affranchissement...

 

C'est la bordure d'une jupe d'émeraude, ourlée de vagues et de flots, qui ceinture les hanches d'une femme devenue Mer...

 

C'est se vouloir riverain d'un poème qui cours le long du corps et qui pousse ses abers jusqu'au cœur...

 

 

Trégor et feu mars 2016 088pm.jpg

 

Ce sont « rives de l'âge » qui ondulent et se creusent sur nos fronts...

 

C'est donner à notre vie un immense horizon dans l'alternance de ce qui naît ou renaît et de ce qui meurt et faire de l'instant une éternelle demeure, une infinie vibration...

 

Cela vient à vous dans une embrassée liquide, dans des baisers d'océan puis cela s'en retourne emportant, en ses sables et ses algues, la fluctuante empreinte de votre être songeant....

 

Ce que je viens chercher en ce lieu de grèves ? L'Entendement !...

 

Je sais l'au-delà de l'Iroise, l'au-delà du Ponant et celui-ci m'apaise, m'enlace sereinement...

 

Face à ce mouvant si émouvant, s'envolent les oiseaux blancs de mon cœur ayant au cou chaîne d'or et d'argent...

 

 

Trégor et feu mars 2016 055pm.jpg

 

Un « Autre-Monde » » borde celui où, rondement, je me tiens...

 

La phrase oscillante qui devant moi, horizontalement se tend, ne connaît pas, ne saurait connaître, de point... Ainsi le poème immense et les milliards de vagues qui sur leurs lèvres chantent ses refrains et leurs font résonance...

 

Entre le montant et le baissant, il se faut être nu pour de tels recouvrements...

 

Ce n'est que dépouillés que nous serons vêtus de cette nacre qui défie l'infini au polissoir du temps...

 

 

Trégor et feu mars 2016 076pm.jpg

 

Les marées nous instruisent du passage, nous enseignent follement, nous font sagement leçon...

Ce sont auprès d'elles que nous avons apprentissage d'un être qu'ainsi nous façonnons au sein des cycles et des saisons qui scandent notre alchimique ouvrage...

 

Leur creuset répand de l'or à foison !...

 

Ni bouteille, ni flacon ne sont nécessaires pour porter, vers nous, l’époustouflant message !

 

La mer nous est recours, la mer nous est secours, à nous, les naufragés d'Amour !

 

Cela qui borde le sommeil ou l'éveil des riverains de la nuit et du jour ; cela résonne comme un appel et frappe comme tambour...

 

Répondant à cet appel, aux échos de la terre et du ciel, vous êtes lors, d'esprit et de corps, comme la goutte d'eau tombée dans la vasque marine qui ne peut plus dire : « - Je suis une goutte d'eau », étant devenue l'Océan, la Source et l'Origine ! (*)

 

Le rivage ; c'est pour se tenir debout dans la verticale d'une Etoile,

c'est pour lever la coupe de ses bras face au déversoir solaire, face aux ruissellements de la Lumière....

 

C'est être transpercé de part en part par une lance aurifère et dans l'éclair de ce transpercement, au sein même de son tonnerre, se révéler enfin, densément, intensément, vivant parmi le vivant, et le sentir à travers tous les frissonnements et les palpitations de sa propre chair...

 

 

Trégor et feu mars 2016 078pm.jpg

 

C'est au rivage que s'en viennent les bardes, les « filid », les scaldes, les aèdes, les félibres, les trouvères, les poètes... Y viennent également, les sages et les mages...

 

C'est là qu'ils ouvrent la page blanche de leur être afin que s'y dépose les mots d'inspiration qui prendront formes de lettres !...

 

C'est là, sur le sel de toute naissance, qu'il apposeront la pulpe de leurs lèvres afin que naisse le chant venu du plus lointain, venu du plus profond...

 

Lors eux aussi seront de cette renaissance, leurs bouches enfanteront, la feuille, l 'écorce, la racine, l'aubier, la sève, l'écorce, le bourgeon, la feuille, la fleur, le fruit et les printemps, et les étés, de leurs arborescences...

 

Le rivage est ce pays, le rivage est cette contrée, une grève d'immensité, où juste place nous est donnée pour faire recouvrance des flux et des flots qui brassent, sans trêve ni repos, un Chaudron d'existence qui nous veut, à son image, de semblable abondance et généreux dans le don !...

 

 

Trégor et feu mars 2016 091pm.jpg

 

 

(*) En Paraphrasant le Poète Soufi Djalâl ad-din Rûmi...

 

 

..........................................................................................

 

 

 



11/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 476 autres membres